Fabrication

Fabrication

Fabrication des fibres

Aujourd’hui la paille de chanvre est fauchée, mise à sécher puis pressées en balles, le tout mécaniquement. Elle est ensuite défibrée pour séparer la chènevotte de la fibre.

A ce stade, la fibre contient encore 20% de chènevotte. Elle est dite fibre « papetière » et peut servir à la fabrication du papier, notamment le papier à cigarettes.

Un second nettoyage permet d’affiner la fibre et de descendre le pourcentage de chènevotte à environ 3%.

La fibre devient technique et peut servir à la fabrication de produit pour l’isolation des bâtiments, soit en laine de chanvre soit en produits composées comme des panneaux, des briques, des parpaings.

Les fibres sont aussi utilisées dans l’industrie automobile en composés ou en dérivés polymères.

La chènevotte, obtenue par défibrage mécanique, représente la moitié du poids de la paille. La chènevotte est composée de cellulose et de produits ligneux. Très hydrophile, elle sert pour les litières animales et le paillage des sols.

D’autres applications de la chènevotte existent pour le bâtiment.

La graine ouvre la voie à de nombreuses applications dans le domaine de l’alimentation humaine, de la diététique, des compléments alimentaires et de l’alimentation animale.

Il est important de travailler avec des graines bien séchées avec moins de 9% d’humidité.

La pression mécanique de ces graines donne une huile de chanvre vert sombre de toute première qualité. Une filtration sur papier permet d’obtenir une huile limpide.

Les graines telles quelles sont utilisées en oisellerie (graines de chènevis)

Les tourteaux issus de la pression mécanique peuvent servir en alimentation animale ou en alimentation humaine pour faire des tofus et toutes sortes dérivés du chanvre comme il a été fait avec le soja (steak).

 

Les commentaires sont fermés.